Your browser does not support JavaScript!

Batteries plomb et batteries lithium : mêmes risques, mêmes précautions.

By Sébastien Taraud  20 mai 2022

Le 23 juin prochain, se tiendra un webinaire proposé par l’INRS, sur les risques à prendre en considération sur l’utilisation des batteries au lithium. À cette occasion, nous avons posé quelques questions à Typhaine Bize, notre consultante et formatrice spécialiste de l’ATEX, pour connaître son point de vue sur le remplacement des batteries plomb par celles au lithium. Un usage qui prend de l’ampleur et requiert quelques précautions. En effet, passer du plomb au lithium pour les batteries déplace le risque mais ne le supprime pas.

Notre consultante formatrice Typhaine Bize

 

Pourquoi un tel intérêt de la part de l’INRS ?

Anciennement, on utilisait des batteries de technologie plomb qui présentait un certain nombre de risques en fonctionnement dit “normal” et les batteries lithium-ion sont venues minimiser ce risque, donc beaucoup d’entreprises ont changé de technologie. Mais ces batteries sont de conception beaucoup plus fragile. Au moindre choc, on peut passer rapidement en fonctionnement accidentel. C’est là que les risques sont de nouveau présents, avec le risque chimique, risque incendie et risque d’explosion.

Pour résumer : sur les batteries au plomb le risque est présent en fonctionnement normal (risques chimiques, inflammation, dégagement d’hydrogène et donc risque ATEX) alors que sur les batteries lithium-ion, le risque est absent en fonctionnement normal mais il sera toujours présent suite à un choc, même parfois considéré comme léger. 

 

En fait, ce que tu nous dis Typhaine, c’est que les entreprises sont passées de l’usage des batteries plomb vers les batteries lithium-ion pour augmenter le travail en sécurité, mais que le but n’est pas atteint ? Le risque court toujours ?

Oui. Il suffit que la batterie au lithium ait chuté ou subit un choc quelconque, on retrouvera les mêmes caractéristiques de risques que celles des batteries plomb, quand on viendra la mettre en charge notamment. 

 

Donc les entreprises qui pensaient peut-être se décharger en matière de coût de formation aux risques chimiques ou ATEX par exemple, en passant sur les batteries lithium, feraient fausse route ?

Les entreprises utilisatrices de la technologie lithium pour les batteries de leurs engins ne doivent pas perdre de vue le risque chimique et ATEX, en effet. Notamment au moment de la charge des batteries.

 

Y a-t-il un lien avec la mise à jour du DRPCE ?

Souvent, les entreprises se disent : j’ai éliminé le plomb de mes batteries d’engins donc je n’ai plus de risque d’explosion. Comme je le disais précédemment, en fonctionnement normal, c’est vrai. Mais dans l’ATEX, on prend en compte les phénomènes de dysfonctionnement. En cas de dysfonctionnement, la batterie lithium présente un risque. Donc il faut maintenir l’analyse de ce risque-là et ne pas l’éliminer pour les raisons que j’évoquais tout à l’heure. C’est pour cette raison qu’il faut maintenir à jour les formations ATEX dans l’entreprise et mettre à jour son DRPCE si on passe du plomb au lithium, avec l’analyse de risque correspondant. 

 

Et les CACES® dans tout ça ? Sont-ils impactés par l’usage des batteries lithium-ion ?

Oui. J’en profite d’ailleurs pour rappeler que les formations CACES® sont obligatoires sur les engins de type gerbeurs électriques et autres transpalettes, par exemple. Ces formations sont encore trop souvent négligées dans les entreprises, alors qu’il est normal d’être formé à la manipulation d’engins qui présentent plusieurs typologies de risques avant, pendant et après leur manipulation. Encore trop d’accidents surviennent chaque année. 

Minimiser les coûts de formation en ne répondant pas à l’obligation de formation des personnels qui font usage d’un engin nécessitant une formation de type  CACES®, est une vision court termiste de réduction des coûts et surtout dangereuse pour les personnes et pour l’entreprise. 

Il faut dire aussi que ces lacunes au niveau des entreprises ne s’expliquent pas simplement par le souhait de minimiser les coûts de formation. Dans de nombreux cas, il s’agit tout simplement de méconnaissance des contraintes réglementaires ou d’identification des risques. C’est là toute la raison d’être de nos accompagnements et des formations que nous proposons.

Propos recueillis par Sébastien Taraud. 

Crédits photos engins : CCO Public Domain, PXHERE.

Crédits photos Typhaine Bize : tous droits réservés A2SE Conseil

 

Informations complémentaires :

• Lien vers le webinaire de l’INRS sur les batteries lithium, le 23 juin prochain → https://www.inrs.fr/footer/agenda/webinaire-batteries-lithium.html

• Infos & renseignements sur nos formations ATEX en cliquant ici.

• Infos & renseignements sur nos accompagnements au DRPCE en cliquant ici.